Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Tout va comme autrefois ici, à la vieille façon ? dit-il, en évitant cependant de manifester de la curiosité.

— Ah ! oui-da ; tout est assez vieux ici. Le capitaine se fait vieux et Madame est plus vieille qu’elle n’était, et la femme de Joël paraît avoir cent ans, quoiqu’elle n’en ait que trente, et Joël luimême, le fourbe, paraît plus que son âge.

Nick fixa sur son compagnon un de ces regards enflammés qui paraissaient pénétrer jusqu’au centre même de l’objet qu’il contemplait.

— Pourquoi, dit-il, un Face-Pâle haïr l’autre ? pourquoi l’Irlandais n’aime pas le Yankee ?

— Oh ! du diable ! aimer une pareille créature autant me demander d’aimer un crapaud. Qu’y a-t-il à aimer en lui, que la peau et les os ? autant aimer un squelette, un vrai squelette.

Nick fit un autre geste, et sembla réfléchir profondément. Le rhum troublait son cerveau ; mais il perdait difficilement sa présence d’esprit.

— L’Irlandais aime-t-il quelqu’un ? reprit-il.

— Certainement : j’aime le capitaine, oh ! c’est là un gentilhomme ; j’aime Madame, elle est si comme il faut ; j’aime mademoiselle Beuly, elle est si douce, et j’aime mademoiselle Maud, qui est le ravissement de mes yeux. N’est-ce pas que celle-là est charmante ?

L’Indien ne fit aucune réponse, mais ne parut pas content. Après quelques instants de silence, Michel reprit :

— Vous avez donc été en guerre, Nick ?

— Oui, Nick devenu chef de nouveau ; il a pris des chevelures.

— Ah ! cela c’est un vilain métier ! si l’on disait cela en Irlande, personne ne voudrait le croire.

— On n’aime pas la bataille en Irlande, eh ?

— Je ne dis pas cela ; non, je ne dis pas cela ; car on se donne souvent des passe-temps où les batailles jouent un bon rôle. Mais nous aimons a taper sur la tête, et non pas à l’écorcher.

— C’est votre mode ; la mienne est de scalper. Vous tapez, j’écorche. Lequel est meilleur ?

— Ah ! le scalpage est une horrible opération ; mais le jeu de bâton vient nettement et naturellement. Combien de chevelures avez-vous recueillies, Nick, dans votre dernier voyage ?