Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Quoi ! Willoughby, s’écria-t-elle, vous inclinez réellement vers la rébellion ? Moi, qui suis née dans les colonies, je crois qu’on a tort de résister au roi.

— Ah ! Wilhelmina, répondit le capitaine plus doucement, vous avez pour la métropole l’enthousiasme d’une femme des colonies. Mais quand j’ai quitté l’Angleterre j’étais assez vieux pour apprécier ce que j’ai vu et appris, et je ne puis pas partager cette admiration provinciale.

— Mais, sûrement, mon cher capitaine, l’Angleterre est un très-grand pays, interrompit le chapelain, un pays prodigieux qui peut prétendre à notre respect et à notre amour. Voyez l’église maintenant, la continuation purifiée de l’ancienne autorité visible du Christ sur la terre ! C’est ma considération pour cette église qui a triomphé de mon amour pour le lieu de ma naissance et altéré mes sentiments.

— Tout cela est vrai et très-bien dans votre bouche, chapelain ; cependant l’église visible peut se tromper. Cette doctrine du droit divin aurait maintenu les Stuarts sur le trône ; mais ce n’est pas une doctrine anglaise, encore moins une doctrine américaine. Je ne suis pas cromwellien, et je ne désire pas, comme les républicains, attaquer le trône pour le détruire. Un bon roi est une bonne chose et une grande bénédiction pour un pays, mais encore est-il nécessaire que le peuple veille sur ses privilèges et qu’il désire les protéger. Nous discuterons ce point une autre fois ; nous en trouverons plus d’une occasion, ajouta-t-il en se levant et en souriant avec bonne humeur. Il faut maintenant que je réunisse mes gens et que je leur apprenne ces nouvelles. Il n’est pas juste de cacher une guerre civile.

— Mon cher monsieur, s’écria le major avec inquiétude, n’avez-vous pas tort ? C’est bien prompt, il me semble ; ne serait-il pas mieux de garder le secret, de vous donner le temps de réfléchir, d’attendre les événements ? Je ne vois pas qu’il soit nécessaire de se hâter. Peut-être verrez-vous ensuite les choses différemment, et une parole imprudente prononcée en ce moment pourrait vous donner des motifs de regrets.

— J’ai pensé à tout ceci pendant la nuit, Bob ; car c’est à peine si j’ai fermé les yeux, et tu ne pourras changer mon projet. Il est convenable de faire connaître à mes gens ce qui se passe ; et loin de considérer cela comme hasardeux, je pense que c’est sage.