Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


peinture ni couleur, et redevenir ce qu’on était en deux ou trois minutes. Les gages sont bons et le travail léger. Puis nous avons de bonnes occasions dans les magasins et dans les fermes. Notre loi est qu’un Indgien doit obtenir ce qu’il veut, et nous avons soin de vouloir beaucoup. Si vous voulez vous trouver au meeting, je vous dirai comment me reconnaître.

— Ya, ya, che me troufer au meeting, certainement. Où sera-t-il ?

— Là-bas, au village. Nous avons été avertis ce soir et nous serons sur le terrain à dix heures.

— Y aura-t-il pataille, que fous fous réunissez si ponctuellement et avec tant d’ardeur ?

— Bataille ! mon Dieu, non ; qu’y a-t-il à combattre, je voudrais le savoir ? Nous sommes à peu près tous contre les Littlepage, et il n’y a personne de leur côté, excepté deux ou trois femmes. Je vous dirai comment c’est arrangé. Le meeting est convoqué pour le soutien de la liberté. Vous savez, je suppose, que nous avons toutes sortes de meetings dans ce pays ?

— Nein ; che croyais qu’il y afait des meetings pour politique, mais pas autre jose.

— Est-il possible ? Quoi ! vous n’avez pas en Allemagne des meetings d’indignation ? Nous comptons beaucoup sur nos meetings d’indignation, et chaque parti, en a en quantité, quand les questions chauffent. Notre meeting de demain est en général sur les principes de liberté. Mais nous pourrons passer quelques votes d’indignation sur les aristocrates ; car personne, dans cette partie déjà contrée, ne peut souffrir ces créatures, je vous en réponds. Quant à moi, je déteste le nom même de ces serpents, et je voudrais qu’il n’y en eût pas un seul dans le pays. Demain nous avons un grand prédicateur anti-rentiste.

— Un brédicateur !

— Oui ; un qui prêche sur l’anti-rentisme, la tempérance, l’aristocratie, le gouvernement et tous les abus. Oh ! il traite tout cela vivement, et les Indgiens ont l’intention de l’appuyer à grand renfort de cris et de hurlements. Votre vielle ne ferait qu’une pauvre musique à côté de ce que peut faire notre tribu, quand nous nous mêlons d’ouvrir nos gosiers.

— Eh bien ! c’est, drôle ! ch’afais entendu que les Américains étaient tous des philosophes, et qu’ils faisaient toutes joses d’une