Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui était un de ces anti-rentistes opiniâtres, mais qui n’était pas associé aux Indgiens, quoiqu’il les connût tous, et qu’il fût, ainsi que je l’appris, un des plus zélés à faire des collectes pour les payer. Au même instant Sénèque Newcome entra mystérieusement par une des portes latérales, se tenant aussi loin que possible des hommes déguisés, mais curieux de voir ce qui allait se passer.

Quant à Hall il se conduisit avec un admirable sang-froid. Il s’aperçut probablement que les auditeurs expulsés se rassemblaient sous les fenêtres, et il savait qu’en élevant la voix, il serait aisément entendu. Il reprit son discours comme si rien n’était arrivé.

« J’allais dire quelques mots, monsieur le président, sur deux principes que Dieu lui-même a jugés d’une si grande importance qu’il en a fait l’objet de ses saints commandements. Il a dit : Tu ne déroberas pas, tu ne convoiteras pas le bien de ton prochain ; n’est-ce pas une preuve que la propriété est consacrée par l’autorité divine, et qu’elle est revêtue d’une certaine sainteté de privilège. Venons maintenant à l’application.

« Vous ne pouvez toucher aux baux qui existent, parce que l’État ne peut annuler un contrat. On répète sans cesse que le gouvernement appartenant au peuple, le peuple peut faire ce qui lui plaît. Il est vrai que le gouvernement appartient au peuple en ce sens que c’est une démocratie, ou que le pouvoir souverain réside dans le corps du peuple ; mais il n’est pas vrai que le gouvernement appartienne au peuple dans le sens que veulent faire prévaloir les anti-rentistes. Par exemple, cet intérêt qui nous occupe aujourd’hui, qui cause tant de commotions, cet intérêt des propriétaires est au delà des atteintes du peuple car il est garanti par une clause de la constitution fondamentale des États-Unis. La constitution pourrait, il est vrai, être modifiée ; on pourrait y introduire une clause portant « défense à tout État de passer aucune loi qui puisse porter atteinte à l’existence des baux à long terme. » Quand même tous les hommes, les femmes et les enfants de New-York s’y opposeraient, il faudrait en passer par là. Voyons si je me ferai mieux comprendre par des chiffres. Il y a aujourd’hui vingt-sept États, il y en aura bientôt trente, d’après toute probabilité. Eh bien ! vingt-trois de ces États pourraient introduire dans la constitution la clause dont je parle. Cela laisserait les sept États les plus populaires opposés à cette modification. D’après un calcul que j’ai fait en 1840 sur les sept États les plus peuplés, j’ai trouvé