Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mary, et toutes s’éloignèrent ensemble, accompagnées de ma grand’mère. De mon coté j’allai retrouver mon oncle, que je voyais à peu de distance.

— Hughes, me dit-il, l’interprète m’apprend que les chefs désirent faire ce soir leur première visite à la hutte. Heureusement la vieille ferme est inoccupée depuis que Miller a pris possession de la nouvelle ; et j’ai dit à Mille-Langues de s’y établir avec les Indiens pendant leur séjour ici. La cuisine est en bon état, et il n’y a plus qu’à leur envoyer, pour compléter leur établissement, quelques ustensiles ordinaires et cinquante bottes de paille. J’ai donné des ordres pour tout cela ; on charge déjà la paille dans la grange et dans une demi-heure les hommes rouges seront officiellement les hôtes de Ravensnest.

— Les installerons-nous avant ou après leur visite à Susquesus ?

— Avant, certainement. John s’est chargé d’aller prévenir l’Onondago de la visite qui se prépare, et l’aidera à faire sa toilette ; car l’homme rouge, pas plus qu’un autre, n’aime à être surpris en déshabillé. Pendant ce temps, nous pouvons installer nos hôtes dans leur demeure, et voir commencer les préparatifs de leur souper. Quant aux Indgiens, il y a peu de chose à craindre d’eux, je pense, tant que nous aurons à notre portée une troupe de véritables Peaux-Rouges.

Nous invitâmes en conséquence l’interprète à conduire ses chefs vers le bâtiment qu’ils devaient occuper, les précédant nous-mêmes et laissant les dames sur la pelouse. Dans cette saison où les jours sont les plus longs, il devenait plus agréable de faire la visite à la hutte pendant la fraîcheur de la soirée. Ma grand’mère apprêta la voiture couverte, voulant être présente à une entrevue qui promettait d’être fort intéressante.

— Le bâtiment vide ainsi approprié à l’usage des Indiens, datait d’un siècle, ayant été construit par Herman Mordaunt, comme première ferme de son domaine. Pendant longtemps on lui avait conservé sa destination primitive et lorsqu’il fut jugé convenable d’en élever un autre sur un point mieux choisi et d’une forme plus commode, la vieille structure avait été respectée comme une relique. Elle restait donc là en attendant que j’eusse prononcé sur sa destinée, à moins que l’Esprit des Institutions ne s’en emparât avec le reste de ma propriété, pour démontrer à