Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE VI.


Oh ! Elle portait sa tête avec tant de fierté, et faisait mouvoir sa plume avec tant de hauteur ! avez-vous jamais vu plus brillante pastourelle parcourir en riant la verte prairie ?
Allan Cunningham.


Ah ! voici de charmantes vignettes françaises ! s’écria Opportunité encourant vers une table sur laquelle étaient étalées de mauvaises gravures coloriées représentant les vertus cardinales sous les traits de femmes obèses. Les inscriptions en étaient françaises, et Opportunité en prit occasion pour étaler son savoir dans cette langue, en traduisant avec emphase des mots aussi difficiles que la vertu, la solitude, la charité. J’avais déjà appris de ma sœur Marthe cette nouvelle prétention d’Opportunité, et ma malicieuse correspondante s’était plus d’une fois amusée des tours de force de mademoiselle Newcome et de ses singuliers barbarismes en français. Pour le moment, je ne pus, m’empêcher de sourire de ses grands airs, et Mary se permettant aussi la même critique muette, nos yeux se rencontrèrent, ce qui me sembla établir entre nous une espèce de communication qui pour moi fut pleine de charmes.

Opportunité, satisfaite d’avoir montré à tous qu’elle avait étudié le français, se tourna ensuite vers moi pour examiner plus à fond mon étrange physionomie. J’eus des raisons de croire que mon aspect ne fit pas sur elle une impression fort heureuse, car elle secoua la tête, prit une chaise, s’assit en me tournant le dos, et ouvrit son budget de nouvelles, sans faire la moindre attention à ma présence, ni peut-être aux désirs et aux goûts de ses compagnons. Son accent, le ton élevé de sa voix, sa manière de parler par saccades et sans suite, tout enfin choquait mes oreilles, qui s’étaient accoutumées à un différent genre, surtout parmi les jeunes personnes de l’autre hémisphère. J’avoue que je suis de ceux qui regardent comme le plus grand charme chez une femme, plus grand même que la beauté, une parole réservée, douce et gracieuse. Ses effets sont plus durables, et semblent plus directement