Page:Coriolis - Théorie mathématique des effets du jeu de billard, 1835.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PRÉFACE.


Le jeu de billard, tel qu’il est devenu aujourd’hui, par l’usage des queues propres à donner aux billes d’assez forts mouvemens de rotation offre divers problèmes de dynamique que l’on trouvera résolus dans cet ouvrage. Je pense que les personnes qui ont des connaissances de mécanique rationnelle comme les élèves de l’École Polytechnique, verront avec intérêt l’explication de tous les effets singuliers qu’on observe dans le mouvement des billes.

C’est après avoir vu produire ces effets par le célèbre joueur Mingaud, que j’ai essayé, il y a déjà long-temps, de les soumettre au calcul. J’avais trouvé alors ce qui fait l’objet du premier et du huitième chapitre de cet ouvrage. Depuis j’ai complété ce qui se rapporte plus spécialement au choc des billes, en ayant égard au frottement.

Je dois à l’obligeance de M. Mingaud d’avoir pu m’assurer en le voyant jouer, que les formules et les constructions qui s’en déduisent donnent des résultats conformes à l’expérience.

M. de Tholozé, gouverneur de l’École Polytechnique, a bien voulu m’indiquer divers coups compliqués dont