Page:Coriolis - Théorie mathématique des effets du jeu de billard, 1835.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


la théorie m'a donné ensuite l'explication ainsi c'est par lui que j'ai vu produire l'effet indiqué par les construc- tions des figures 3 et 67, qui sont expliquées dans le cours de l'ouvrage. M. Poisson dans la nouvelle édition de son Traité de mécanique, a examiné les effets du frottement sur une sphère qui se meut en ligne droite cette question est un cas particulier de celle qu'on a à résoudre dans le jeu de billard. Le fils du célèbre Euler s'est occupé du mouvement d'une sphère sur un plan, en ayant égard au seul frottement de glissement. Son mémoire, dont je n'ai eu connaissance que depuis que j'avais déjà terminé mon travail, est inséré dans le recueil de l'académie de Berlin, année 1758. On n'y trouve de commun avec cet ouvrage qu'une des propositions que je donne dans le premier chapitre d'une manière plus simple elle con- siste en ce que la courbe décrite par le centre de la bille est une parabole quand on ne considère que le frotte- ment de glissement. Ce géomètre n'a pas donné le théo- rème au moyen duquel même en considérant les deux frottemens on obtient la marche de la bille lorsqu'elle finit par rouler.Pour ce qui concerne l'effet du frottement dans le choc des billes entre elles et avec la bande, et pour tout ce qui se rapporte au coup de queue incliné, je ne crois pas qu'on s'en soit encore occupé. J'ai pensé que quelques personnes qui ne voudraient pas entrer dans le détail des démonstrations, et qui ce- pendant auraient assez de connaissances mathématiques pour entendre le langage et les principaux signes de cette science, seraient bien aises de trouver à part un résumé des règles et des constructions fournies par la théorie c'est pourquoi je l'ai présenté en tête de l'ouvrage. Les