Page:Corneille, Pierre - Œuvres, Marty-Laveaux, 1862, tome 3.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE II, SCÈNE V. 135

SCÈNE V.

L’Infante, Léonor.



L’Infante.

Hélas ! que dans l’esprit je sens d’inquiétude !
Je pleure ses malheurs, son amant me ravit ;
Mon repos m’abandonne, et ma flamme revit.
Ce qui va séparer Rodrigue de Chimène
Fait renaître à la fois mon espoir et ma peine ;
Et leur division, que je vois à regret,
Dans mon esprit charmé jette un plaisir secret.


Léonor.

Cette haute vertu qui règne dans votre âme
Se rend-elle sitôt à cette lâche flamme ?


L’Infante.

Ne la nomme point lâche, à présent que chez moi
Pompeuse et triomphante elle me fait la loi :
Porte-lui du respect, puisqu’elle m’est si chère.
Ma vertu la combat, mais malgré moi j’espère ;
Et d’un si fol espoir mon cœur mal défendu
Vole après un amant que Chimène a perdu.


Léonor.

Vous laissez choir ainsi ce glorieux courage,
Et la raison chez vous perd ainsi son usage ?


L’Infante.

Ah ! qu’avec peu d’effet on entend la raison,
Quand le cœur est atteint d’un si charmant poison !
Et lorsque le malade aime sa maladie,
Qu’il a peine à souffrir que l’on y remédie !

 1. Var. Avecque mon espoir fait renaître ma peine. (1637-56)
2. Var. Alors que le malade aime sa maladie. (1637-44)
Var. Sitôt que le malade aime sa maladie. (1648-60)
3. Var. Il ne peut plus souffrir que l’on y remédie. (1637-56)