Page:Corneille, Pierre - Œuvres, Marty-Laveaux, 1862, tome 3.djvu/311

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE II, SCÈNE I. 299

 De tous les deux côtés j’ai des pleurs à répandre ;
De tous les deux côtés mes désirs sont trahis.



HORACE.

Quoi ! Vous me pleureriez mourant pour mon pays !
Pour un cœur généreux ce trépas a des charmes ;
La gloire qui le suit ne souffre point de larmes,
Et je le recevrois en bénissant mon sort,
Si Rome et tout l’Etat perdoient moins en ma mort.


CURIACE.

À vos amis pourtant permettez de le craindre ;
Dans un si beau trépas ils sont les seuls à plaindre :
La gloire en est pour vous, et la perte pour eux ;
Il vous fait immortel, et les rend malheureux :
On perd tout quand on perd un ami si fidèle.
Mais Flavian m’apporte ici quelque nouvelle.


Scène II.

HORACE, CURIACE, FLAVIAN.



CURIACE.

Albe de trois guerriers a-t-elle fait le choix ?


FLAVIAN.

Je viens pour vous l’apprendre.


CURIACE.

Eh bien, qui sont les trois ?


FLAVIAN.

Vos deux frères et vous.


CURIACE.

Qui ?


 1. Var. Si Rome et tout l’État perdoient à ma mort. (1641-56)
2. La scène commence à ce vers dans les éditions de 1641-56, où le vers précédent termine la scène 1.