Page:Corneille, Pierre - Œuvres, Marty-Laveaux, 1862, tome 3.djvu/418

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et ce n’est qu’un objet digne de nos mépris,
Si de ses pleins effets l’infamie est le prix[1] !
Je veux bien avouer qu’une action si belle
Donne à Rome bien plus que vous ne tenez d’elle ; 470
Mais commet-on un crime indigne de pardon[2],
Quand la reconnaissance est au-dessus du don ?
Suivez, suivez, seigneur, le ciel qui vous inspire :
Votre gloire redouble à mépriser l’empire ;
Et vous serez fameux chez la postérité, 475
Moins pour l’avoir conquis que pour l’avoir quitté.
Le bonheur peut conduire à la grandeur suprême ;
Mais pour y renoncer il faut la vertu même ;
Et peu de généreux vont jusqu’à dédaigner,
Après un sceptre acquis, la douceur de régner. 480
Considérez d’ailleurs que vous régnez dans Rome,
Où, de quelque façon que votre cour vous nomme,
On hait la monarchie et le nom d’empereur,
Cachant celui de roi, ne fait pas moins d’horreur.
Ils passent[3] pour tyran quiconque s’y fait maître, 485
Qui le sert, pour esclave, et qui l’aime, pour traître ;
Qui le souffre a le cœur lâche, mol, abattu,
Et pour s’en affranchir tout s’appelle vertu.
Vous en avez, seigneur, des preuves trop certaines :
On a fait contre vous dix entreprises vaines ;490
Peut-être que l’onzième est prête d’éclater,
Et que ce mouvement qui vous vient agiter
N’est qu’un avis secret que le ciel vous envoie,
Qui pour vous conserver n’a plus que cette voie.
Ne vous exposez plus à ces fameux revers : 495
Il est beau de mourir maître de l’univers ;
Mais la plus belle mort souille notre mémoire,

  1. Var. Si de ses plus hauts faits l’infamie est le prix ! (1643-56)
  2. Var. Mais ce n’est pas un crime indigne de pardon. (1643-56)
  3. L’édition de 1655 seule porte : « Il passe, » au singulier.