Page:Corneille - Œuvres complètes Didot 1855 tome 1.djvu/225

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Isabelle

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Écoutez le discours

De votre liberté qu’ont produit leurs amours.

Le Geôlier
En lieu de sûreté le babil est de mise,
Mais ici ne songeons qu’à nous ôter de prise.

Isabelle
Sauvons-nous : mais avant, promettez-nous tous deux
Jusqu’au jour d’un hymen de modérer vos feux :
Autrement, nous rentrons.

Clindor

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Que cela ne vous tienne,

Je vous donne ma foi.

Le Geôlier

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Lyse, reçois la mienne.


Isabelle
Sur un gage si beau j’ose tout hasarder.

Le Geôlier
Nous nous amusons trop, il est temps d’évader.

Scène X

Alcandre, Pridamant.



Alcandre
Ne craignez plus pour eux ni périls ni disgrâces !
Beaucoup les poursuivront, mais sans trouver leurs traces.

Pridamant
À la fin je respire.

Alcandre

xxxxxxxxxxxxxxxx Après un tel bonheur,

Deux ans les ont montés en haut degré d’honneur.
Je ne vous dirai point le cours de leurs voyages,
S’ils ont trouvé le calme, ou vaincu les orages,
Ni par quel art non plus ils se sont élevés ;
Il suffit d’avoir vu comme ils se sont sauvés,
Et que, sans vous en faire une histoire importune,
Je vous les vais montrer en leur haute fortune.
xxMais puisqu’il faut passer à des effets plus beaux,
Rentrons pour évoquer des fantômes nouveaux !
Ceux que vous avez vus représenter de suite
À vos yeux étonnés leur amour et leur fuite,
N’étant pas destinés aux hautes fonctions,
N’ont point assez d’éclat pour leurs conditions.

ACTE Cinquième



Scène première

Alcandre, Pridamant



Pridamant
Qu’Isabelle est changée et qu’elle est éclatante !

Alcandre
Lyse marche après elle, et lui sert de suivante ;
Mais derechef surtout n’ayez aucun effroi,
Et de ce lieu fatal ne sortez qu’après moi ;
Je vous le dis encore, il y va de la vie.

Pridamant
Cette condition m’en ôte assez l’envie.

Scène II

Isabelle, représentant Hippolyte ; Lyse, représentant Clarine.



Lyse
Ce divertissement n’aura-t-il point de fin ?
Et voulez-vous passer la nuit dans ce jardin ?

Isabelle
Je ne puis plus cacher le sujet qui m’amène ;
C’est grossir mes douleurs que de taire ma peine.
Le prince Florilame…

Lyse

xxxxxxxxxxxxxxxx Eh bien, il est absent.


Isabelle
C’est la source des maux que mon âme ressent ;
Nous sommes ses voisins, et l’amour qu’il nous porte
Dedans son grand jardin nous permet cette porte.
La princesse Rosine, et mon perfide époux,
Durant qu’il est absent, en font leur rendez-vous :
Je l’attends au passage, et lui ferai connaître
Que je ne suis pas femme à rien souffrir d’un traître.

Lyse
Madame, croyez-moi, loin de le quereller,
Vous ferez beaucoup mieux de tout dissimuler.
Il nous vient peu de fruit de telles jalousies ;
Un homme en court plus tôt après ses fantaisies ;
Il est toujours le maître, et tout notre discours,
Par un contraire effet l’obstine en ses amours.

Isabelle
Je dissimulerai son adultère flamme !
Une autre aura son cœur, et moi le nom de femme !
Sans crime, d’un hymen peut-il rompre la loi ?
Et ne rougit-il point d’avoir si peu de foi ?

Lyse
Cela fut bon jadis ; mais au temps où nous sommes,
Ni l’hymen ni la foi n’obligent plus les hommes ;
Leur gloire a son brillant et ses règles à part ;
Où la nôtre se perd, la leur est sans hasard ;
Elle croît aux dépens de nos lâches faiblesses ;
L’honneur d’un galant homme est d’avoir des maîtresses.

Isabelle
Ôte-moi cet honneur et cette vanité,
De se mettre en crédit par l’infidélité.
Si, pour haïr le change et vivre sans amie,
Un homme tel que lui tombe dans l’infamie,