Page:Corneille - Le Menteur, illustrations Pauquet, 1851.djvu/1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pantheon Populaire illustre.jpg
GUSTAVE BARDA, ÉDITEUR.
CORNEILLE
ILLUSTRÉ
PAR FAUQUET.

LE MENTEUR,
COMÉDIE EN CINQ ACTES.
BEST, HOTELIN ET RÉGNIER, GRAVEURS.



Géronte.
Êtes-vous gentilhomme ? (Act. v, sc. iii.)


NOTICE
SUR
LE MENTEUR.


Une pièce de Lopez de Véga, intitulée la Verdad sospechosa, fut imitée par Pierre Corneille dans sa comédie du Menteur, qui parut en 1642 sur le théâtre de l’hôtel de Bourgogne. Le succès en fut considérable, car on n’avait pas encore vu en France de comédie aussi amusante et aussi régulièrement conduite. Le cardinal de Richelieu encouragea cette heureuse tentative, et fit présent d’un habit magnifique à l’acteur Bellerose, qui remplissait le rôle de Dorante. Beaucoup de vers du Menteur devinrent des proverbes, et plus de cent ans après la représentation, un grand seigneur racontant à sa table des anecdotes controuvées, l’un des convives se tourna du côté d’un laquais en disant : « Cliton, donnez à boire à votre maître. » On sait que Cliton est le domestique du Menteur.

La pièce de Corneille fut imitée en 1750 par l’auteur italien Goldoni.

Quoique emprunté au théâtre espagnol, le Menteur a une physionomie toute française, et c’est un tableau exact des mœurs de la fin du règne de Louis XIII. On y voit qu’il était déjà d’usage à Paris d’aller se promener sous les ombrages des Tuileries, quoique la main du célèbre Lenôtre ne les eût pas encore embellis. La tirade de la scène V, acte ii, nous prouve que la capitale dut beaucoup aux soins éclairés du cardinal de Richelieu. Le Pré-aux-Clercs, qui s’étendait sur la rive gauche de la Seine, en face de la galerie du Louvre, se couvrit de beaux édifices, et le Palais-Cardinal, commencé en 1629 par l’architecte Jacques Lemercier, était complètement achevé en 1642.

Le récit de la scène V, acte i, donne lieu de croire qu’en France comme en Espagne, il était d’usage de donner des sérénades aux dames, et de les promener sur l’eau, le soir, à la lueur des feux d’artifice.

Molière disait un jour à Boileau, si l’on doit en croire le Bolœana : « Je dois beaucoup au Menteur. Lorsqu’il parut, j’avais bien l’envie d’écrire ; mais j’étais incertain de ce que j’écrirais :