Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LXXXVIII ÉTUDE

poser elle-même sa main au timide Philiste; il faut condamner aussi Mélite, qui, non moins hardiment, dit à ïircis :

ToQ mérite, plus fort que ta raison flatteuse, Me rend, je le confesse, un p^u moins scrupuleuse. Je dois tout à ma mère, et pour tout autre amant Je voudrais tout remettre à son commandement; Mais attendre pour toi l'effet de sa puissance, Sans te rien témoigner que par obéissance, Tir^-is, ce serait trop : tes rares qualités Dispensent mon devoir de ces formalités'.

Non, la vérité, c'est qu'Angélique est une exception dans le théâtre de Corneille; elle est la seule vraiment passionnée et mélancolique des héroïnes de ses comédies. Mélite a beaucoup d'esprit et un peu de coquetterie; Clarice ne manque ni d'expé- rience ni de décision; Célidée, si Lysandre lui échappait, serait femme à s'accommoder de Dorimant, et elle ne craint pas de le dire. El ce ne sout là que les caractères sérieux et tendres; que dire des caractères légers et railleurs que leur oppose Corneille, fidèle à son procédé d'antithèse presque symétrique? A Mélite s'oppose la simple et franche Cloris, qui, trahie, garde son clair sourire, assez fière pour ne pas oublier, assez spirituelle pour ne pas faire étalage de son dépit; à Galiste, Dorise, dans Clitandre; à Clarice, dans la Veuve, Doris, aussi réservée, mais moins ré signée que Cloris; à Angélique, Phylis, dans la Place Royale; à. la plaintive Célidée, dans la Galerie, la moqueuse Hippolyle, rivale secrète de son amie et habile à embrouiller pour longtemps les fils d'une intrigue; — toutes filles à marier; toutes, sauf Angé- lique, mariées, au dénouement, après une vraie campagoe diplo- matique, poursuivie avec une intelligente persévérauce ; toutes satisfaites de leur sort, même quand le hasard a contrarié leur premier choix. Eu vérité, Alcidon n'est qu'un calomniateur, lors- qu'il prétend

Que ce sexe imparfait, de soi-même ennemi, Ne posséda jamais la raison qu'à demi*.

Qu'est-ce donc que la raison^ si ce n'est pas là être raison-

1. Mélite, II, 8.

S. La Veuve. III, 3.

�� �