Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION 57

Si j'aime, c'est l'auteur de tant de beaux exploits, C'eèt le valeureux Cid, le maître de deux rois *.

Ce héros, à force d'exploits, ne fînira-t-il pas par la méri- ter un jour? Elle l'espère, du moins; son imagination féconde rêve déjà pour Rodrif;ue les destinées les plus merveilleuses; c'est « le pot-au-lait de l'infante ^ ». Belles chimères, que la douce ironie de la suivante Léonor réduit bientôt à néant, mais qui ne déplairaient pas si Rodrigue prenait sa part en ces illusions romanesques, si, comme le Carlos de Do^ Sanche, il s'élevait peu à peu jusqu'à la princesse. Mais il ipnore cet amour, et, s'il en était instruit, il ne saurait le partasrer : son âme tout entière n'appartient-elle pas à Chimène? De là cette froideur d'une passion désormais sans issue. Qu'importe, en effet, que cette passion soit sacrifiée au devoir? Mous sa- vons trop que le sacrifice est nécessaire, et qu'un seul dénoue- ment est possible; nous sourions quand, avec un grand éta- lage de générosité, elle veut bien « donner » à Chirnène un cœur qui n'a pas attendu sa permission pour se donner :

Elle aime don Rodrigue, et le tient de ma main... Ce jeune cavalier, cet amant que je donne... Sèche tes pleurs, Chimène, et reçois sans tristesse Ce généreux amant des mains de ta princesse 3.

On l'a remarqué, cette trop généreuse infante passe son ten:«ps à donner ce qui ne lui appartient pas ; elle le remarque elîe-même :

��Moi-même je donnai ce que je n'osais prendre *.

Mais ce qu'on n'a pas assez remarqué peut-être, c'est qu'à travers tant de déclamations et de lamentations diverses, elle garde l'esprit assez libre pour suivre les calculs d'une diplo- matie plus ingénieuse que désintéressée. Elle aime tendrement Chimène, elle déplore son malheur, et pourtant elle en éprouve « un plaisir secret ^ » et l'avoue. Ces sentiments compliqués «ont très humains, et un La Rochefoucauld en expliquerait

1. Cid,V. 3.

i. Sainte-Beuve, Nouveaux lundiê, VW,

3. Voyei les vers 62, 82, 1774.

4. Voyez le vers 102. B. Voye* le vers 512.

�� �