Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/365

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE II, SCENE I 191

Pour le faire abolir sont plus que suffisant».

��Quoi qu'on fasse d'illustre et de considérable,

Jamais à son sujet un roi n'est redevable. 370

Vous vous ûaltez beaucoup, et vous devez savoir

Que qui sert bien son roi ne fait que son devoir.

Vous vous perdrez, Monsieur, sur cette confiance.

LE COUTB.

Je ne vous en croirai qu'après l'expérience,

D. ARIAS.

Vous devez redouter la puissance d'an roi. 375

LE COMTE.

Un jour seul ne perd pas un homme tel que moi. Que toute sa grandeur s'arme pour mon supplice, Tout l'Etat périra, s'il faut que je périsse.

368. Pour le faire abolir, latinisme {abolere), pour en effacer le souvenir. C'est là, remarque M. Marty-Laveaui, l'expression juridique dans toute sa rigueur. On lit dans la première édition du dictionnaire de l'Académie (1694) : <c Abolir un crime se dit lorsque le prince, par des lettres qu'il donne, remet d'autorité absolue la peine d'un crime qui n'est pas rémissible par les ordon- nances. » Ce sont ces lettres qu'on appelle lettres d'abolition. — Sont plus que suffisants, expression trop basse, selon l'Académie, qui n'a point senti quell» noblesse l'ironie altière du comte donnait à ce tour familier. — Ici trouvaient place des vers hardis, que Corneille dut supprimer après les {tremières repré- Mutations :

Cas satisfactions n'apaisent point nne âme - Qni les reçoit n'a rien, qai les fait se diffame, Et de pareil» accords l'etfet le plus comman Est de déshonorer deax hommes an lien d'an.

C'est par tradition qu'on a conservé ces vers, et l'on conçoit que le public, en cette ère classique des duels, les ait retenus, comme l'on conçoit que Corneille lésait fait prudemment disparaître. Pourtant, il ne faudrait faire le poète ni plus hardi, ni plus naïf qu'il ne l'a été, car l'idée première de ces quatre vers est dans Guilbem de Castro.

370. C'est l'ingratitude érigée en dogme politique, u Un bon sujet doit tout au repos de son roi, " (Rotrou, don Lape, v, 2), sans que le roi lui doive rien en retour. Le Prusias de Nicoméde et l'Orode de Suréna eussent été satisfaits de cette théorie. Il est vrai qu'Arias, en élevant très haut la personne royale, veut surtout rabaisser ce que l'orgueil du comte a de trop outrecuidant.

373. Sur cette confiance, si vous vous reposez sur, si vous vous endormez dani cette confiance trompeuse.

376. « On croyait entendre le propos d'un Montmorency, d'un Lesdiguièrea, d'un Rohan : c'est ainsi que les derniers grands seigneurs, hier encore, avaie# parlé. On écoutait, non sans un certain frémissement, l'echo de cette altière 3> féodale arrogance que Richelieu achevait à peine d'abattre et de nivelsr. • )Sainte-Beuve, Nouveaux Iwidis, VII.)

378. Var. Toat l'Eut périra plutôt que je périue (ie«t-B6.)

�� �