Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/406

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


938 LE CTD

��D. RODRIGUE.

Plonge-le dans le mien,

��El fais-lui perdre ainsi la teinture du tien

��Ah! quelle cruauté, qui tout en un jour tûe 868

Le père par le fer, la fille par la vue!

Ote-moi cet objet, je ne le puis souffrir :

Tu veux que je l'écoute, et tu me fais mourir!

D. RODRIGUE.

Je fais ce que tu veux, mais sans quitter l'envie

De finir par tes mains ma déplorable vie; 87*)

Car enfin n'attends pas de mon affection

Un lâche repentir d'une bonne action.

L'irréparable effet d'une chaleur trop prompte

Déshonorait mon père et me couvrait de honte.

Tu sais comme un soufflet touche un homme de cœur; 875

J'avais part à l'affront, j'en ai cherché l'auteur :

Je l'ai vu, j'ai vengé mon honneur et mon père;

Je le ferais encor si j'avais à le faire.

864. « Cela n'a point été repris par l'Acidémie, mais je doute que rette teinture réussisse aujourd'hui. Le désespoir n'a pas de réflexions si fines.» (Voltaire.) Sans doute, mais on peut renouveler à propos d'une telle scène la remarque que nous avons appliquée à la scène vm de l'acte (I : l'émotion est trop vive pour qu'on s'arrèle à ces jeux d'esprit. Au reste Corneille est le premier, dans son Examen, à juger ces poifites u trop spirituelles pour partir de personnes affligées ». Plus spirituels encore sont les amants de Castro, qui se renvoient adroitement de pe- tites strophes et de jolis concetti.

869. Un grand acteur, Samson, donne des conseils utiles à ceux qui liroat ou joueront le couplet et le rôle de Rodrigue en cet endroit :

En peignant sa donlenr respectueuse et tendre. Au ton fade et plaintif garder-vons de descendre, Et dam toat ce qu'il dit sactiez faire sentir L'tccent de la tnstesse, et non du repentir.

Rien de plus juste : Rodrigue ne songe point à se défendre, pas plus que Chi- mène ne songe à l'accuser; il a fait son devoir et regrette seulement son Donheur évanoui. En défendant cette scène contre Scudéry l'Académie ajoute : « Nous trouvons que Rodrigue n'y fait qu'une faute notable, lorsqu'il dit à Chimène, avec tant de rudesse, qu'il ne se repent point d'avoir tué son père, au lieu de s'en excuser avec humilité sur l'obligation qu'il avait de venger l'honneur du sien. 1 II est clair, après cela, que l'Académie comprenait peu de chose au Cid, et qu'elle n'avait même pas lu la réponse où Chimène glorifie Rodrigue d'avoir fait ce qu'il devait faire. L'humilité que l'Académie recommande à Rodrigue, Chi- mène l'eût méprisée.

873. Var. De la main de ton père an coup irréparable

DésboDorait da mien la vieillesse honorable. (1637-66.)

D'une chaleur, d'un emportement; voyez la note du vers 838.

878. Cette fière déclaration de l'homme qui a conscience d'avoir tait mi

�� �