Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/405

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE III, SCËNE IV «i

D. RODRIGUE.

Ecoutb-moi,

CHIMÈNE.

Je me meurs.

D. RODRIGUE.

Un moment. 85r

CHIUÈNE.

Va, laisse-moi mourir.

D. RODRIGUE.

Quatre mots seulement : Après, ne me réponds qu avecque cette épée.

CHIMÈNE.

Quoi ! du sang de mon père encor toute trempée!

D. RODRIGUE.

Ma Chimène...

CHIMÈNE.

Ote-moi cet objet odieux, Qui reproche ton crime et ta vie à mes yeux. %Q0

D. RODRIGUE.

Regarde-le plutôt pour exciter ta haine, Pour croître ta colère et pour hâter ma peine.

CHIMÈNE.

Il est teint de mon sang.

856. Quatre mots, quelques mots; Rodrigue a dit plus haut : « A quatre pas d'ici... » 1 j~

857. Après, pris adverbialement pour ensuite.

Tn te jastifleras après, si tu le peux. (Cinna, 14800 Avecque, pour avec. Vaugelas et Ménage autorisaient avecque derant une con- sonne ; mais Corneille est un des poètes qui l'emploient le plus rarement au xTii* siècle, et qui préfèrent, même devant une consonne, avec, seul usité de nos ours.

858. Scudéry rapproche de ce vers le vers presque entièrement semblable d<- iacte V, scène v, et déclare que « cette conformité de mot?, de rime et de pensée montre une grande stérilité d'esprit ». Un peu malignement peut-être, l'Aca- démie lui reproche sa rieueur, et observe quen accusant Corneille, il faudrait accuser en même temn.,t «i..„: r»:. a i

��._. .^^ „ „„ ..gu^u. , t» uu:^cl>c 4U cu Bccusani «..orneuie, il lauarait

accuser en même temps Homère et Virgile, qui répètent plusieurs fois de mémea Ters. 168. CroUr», actif pour aceroUr»; voyei la note du vers 740.

�� �