Page:Coubertin - Cinq siècles et demi d’activité coloniale (1365-1915).djvu/43

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
39
troisième empire colonial français


1867


La cour de Hué ayant provoqué d’incessantes révoltes contre l’autorité française en Cochinchine, l’amiral de la Grandière, gouverneur, reçoit l’ordre d’occuper les trois autres provinces de la Basse Cochinchine. — Le dernier voyage de Doudart de Lagrée au Mékong et à Luang Prabang démontre la supériorité des voies fluviales du Tonkin. — Famine en Algérie.

1868


Fondation d’Agoué et de Porto Seguro au Dahomey. La cession de Kotonou est confirmée par un traité signé à Whydah. — Nouveau traité signé à Tananarive et confirmant le précédent. — Des négociants et armateurs de Marseille achètent le territoire de Cheikh Saïd sur la mer Rouge.

1869


Inauguration du canal de Suez. — Aymès reconnaît le cours de l’Ogooué. — Constitution d’une commission financière internationale à Tunis.

1870


Restauration du régime civil en Algérie. — Évacuation des postes de la côte de Guinée. M. Verdier, de La Rochelle, prend le titre de résident de sa propre autorité et réussit à conserver Grand Bassam à la France. — Décrets Crémieux attribuant la qualité de citoyens français aux israélites algériens.

1871


L’amiral de Gueydon, gouverneur de l’Algérie (1871-1873). Insurrection à laquelle près des deux tiers