Page:Coubertin - Cinq siècles et demi d’activité coloniale (1365-1915).djvu/42

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
38
troisième empire colonial français


verain du pays. — Le capitaine Doudart de Lagrée amène le roi du Cambodge Norodom, à signer un traité établissant le protectorat de la France. Le capitaine explore ensuite le cours du Mékong et le Laos. — Politique du « royaume arabe » en Algérie. Napoléon se proclame « l’empereur des Arabes », visant à développer la prospérité par le travail et la propriété indigènes, secondés par les capitaux de la métropole, mais sans encourager les français à se fixer dans le pays ; arrêt dans le mouvement colonisateur.

1864


Convention avec l’Angleterre qui occupe Lagos sur la côte d’Afrique. — Fondation de Petit Popo. — Le roi de Dahomey cède Kotonou, mais le protectorat laissé sans ressources ni organisation est attaqué par les Dahoméens et les Anglais et momentanément abandonné. — La Turquie cherche à reprendre la régence de Tunis ; activité italienne et anglaise à Tunis. — Prise de possession des îles Loyalty. — Le lieutenant de vaisseau Mage et le Dr Quintin arrivent à Segou, capitale du roi Ahmadou. — Le maréchal de Mac-Mahon, gouverneur général de l’Algérie. — La Nouvelle-Calédonie devient un lieu de déportation pour les criminels.

1865


Luttes locales au Sénégal ; fondation de postes et de comptoirs dans la région des rivières du sud. — Tentatives des Anglais pour s’emparer du territoire de Porto Novo. — Voyage de Mage au Niger ; essai de pénétration au Soudan.