Page:Coubertin - Cinq siècles et demi d’activité coloniale (1365-1915).djvu/45

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
41
troisième empire colonial français


La convention de 1874, considérée par les indigènes comme une preuve de faiblesse, les encourage à la résistance. Malgré les efforts de M. Le Myre de Vilers, premier gouverneur civil de Cochinchine, la cour de Hué se rapproche du Tsong Li Yamen et envoie à Pékin des ambassades et des présents. — Les colons anglais aux Nouvelles-Hébrides s’unissent aux colons français pour demander le rattachement de l’archipel à la France.

1877


Difficultés à Madagascar ; agissements du missionnaire anglais Pickersgill (1877-1881). — Première exploration du Dr Crevaux dans la région du Yari (Sud Amérique).

1878


Prise de Sabouciré (Soudan) sur les Toucouleurs. — Exploration de Paul Soleillet au Soudan. — Traité avec le roi de Dahomey qui reconnaît nos droits sur Kotonou. — Convention franco-anglaise pour la neutralisation des Nouvelles-Hébrides. — La France prend possession des îles Chesterfield. — Le Dr Crevaux explore l’Oyapok et le Parou et va de Cayenne aux Andes par les affluents de l’Amazone.

1879


Au Sénégal le gouvernement prépare la marche sur le Niger ; fondation du fort de Bafoulabé. — Second voyage de Brazza au Congo (1879-1882) ; Makoko, roi des Batekés, accepte le protectorat français. — A. Grévy, gouverneur général de l’Algérie (1879-81). — Conférence internationale de Madrid au sujet du