Page:Coubertin - L’Éducation athlétique.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 17 —

qu’il y avait là une jouissance, âpre à coup sûr, dont on ne peut sans doute goûter les délices du premier coup, mais qui est bien supérieure à toutes celles qu’apportent les plaisirs mièvres, les récréations anodines, les exercices qui reposent. Ainsi compris, le sport mène tout droit à cet idéal humain : la victoire de la volonté. C’est par là qu’il est grand, qu’il est philosophique, qu’il nous ramène à ces doctrines stoïciennes où la postérité a relevé beaucoup d’erreurs et d’exagérations, mais dont elle n’a jamais contesté la noblesse et la pureté. Messieurs, le Manuel d’Épictète est un manuel de sport ; les Pensées de Marc-Aurèle sont les pensées d’un sportsman, c’est-à-dire d’un lutteur. La lutte morale est indépendante de la lutte physique, je ne le nie pas ; certaines âmes d’élite n’ont pas eu besoin de la seconde pour triompher dans la première, mais c’est l’exception ; il faut être doué de qualités exceptionnelles, en effet, pour atteindre directement la volonté sans agir au préalable sur l’enveloppe qui la contient, tandis qu’il est à la portée de tout le monde de fortifier l’une par l’autre.

Ainsi donc voici le sport défini par ses résultats : c’est l’effort libre, c’est la lutte, c’est l’endurcissement, c’est la culture musculaire du corps et du caractère. Je me reprocherais de ne pas parler de son action sur l’intelligence, d’autant que cette action, au dire de beaucoup de personnes, est néfaste. Ici encore il y a confusion entre le sport proprement dit et les exercices que l’on classe d’ordinaire sous cette dénomination. J’ai dit qu’ils n’étaient point pénibles ; ils sont amusants, et voilà tout ; partant, au point de vue intellectuel, ils sont débilitants ; ils endorment la pensée, ils fournissent matière à des conversations insignifiantes, et si l’on joint à cela que ceux qui les pratiquent sont généralement des désœuvrés et des gommeux, on comprend que l’opinion les juge défavorablement. Tout autre est l’effet de ces exercices dans lesquels l’effort joue un rôle prépondérant,