Page:Coubertin - L’Éducation athlétique.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 23 —

le définir ; on a qualifié de tutoral un système qui ne pourrait en aucune façon être désigné de la sorte, car il y manquerait la chose principale : le tuteur. Autour de ce mot il règne une grande confusion, chacun y attache le sens qui lui plaît. Il importe de faire cesser cet état de choses ; et pour ma part, je m’y emploierai de mon mieux dans une conférence prochaine.

C’est donc à l’enseignement libre laïque à faire la réforme. Il l’a déjà commencée et ceux qui ont conçu le plan de cette réforme sont décidés à en poursuivre vaillamment la réalisation, sans précipitation maladroite, mais avec un entêtement dont aucun déboire n’aura raison. L’association qui s’est fondée dans ce but tient à déclarer hautement qu’elle n’a aucune arrière-pensée, qu’elle ne médite aucune attaque, qu’elle est une ligue de paix et de concorde. Mais si vous croyez que les jeunes Français ne sortent pas des écoles actuellement existantes avec des muscles assez durs et un caractère assez trempé ; si vous croyez que ceux qui les élèvent n’ont pas dans l’État la position à laquelle leur donnent droit leurs mérites et la sublime ampleur de leur mission ; si vous croyez surtout que c’est par l’éducation qu’on aguerrit les peuples, qu’on étend leur champ d’action et qu’on assure leurs destinées, venez à nous et soyez certains que jamais nous n’aurons d’autre préoccupation que d’aimer et de servir la grande nation dont la providence a bien voulu nous faire citoyens.