Page:Coubertin - Ou va l’Europe.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
19
où va l’europe ?

Alors un rêve grandiose s’est construit dans les cerveaux d’Extrême-Orient. Là où l’Europe a échoué, pourquoi l’Asie ne réussirait-elle pas ? À elle de gagner l’univers à ses idées, de lui apporter la paix de l’âme, le sens de la communauté. L’Asie s’agite autour de ce rêve qui est sans valeur positive, car pour beaucoup de motifs trop longs à exposer ici, il n’a point de chances d’aboutir, mais dont la puissance négative est indéniable en ce qu’il suscite, groupe et entretient toutes les tendances antieuropéennes. Et cela alors que les sanglantes aventures bolchéviste et kémaliste ont dressé entre l’Europe et l’Asie la plus terrible des barrières. À l’heure actuelle, la Finlande, la Pologne et la Roumanie sont les États frontières de l’Europe. Un jour, la barrière tombera. Que trouvera-t-on derrière ? Un morceau d’Europe à réannexer ou bien l’Asie irréductible représentée par des avant-postes définitifs ? Cela est fort possible. La vague que nous avons vu déferler brutalement en Russie et en Turquie est soutenue par une houle qui vient de bien plus loin. Le vent qui l’a formée souffle contre l’Europe.


vii

en afrique, on s’interroge…

Les Africains, eux, ne voient pas si loin. D’abord qu’est-ce qu’on entend par ce mot : Africains ? Quand nous regardons une carte de l’Afrique d’il y a cent ans et une carte actuelle, sur l’une on voit du vide et sur l’autre du trop plein. Elles sont fausses toutes les deux. Nos pères croyaient que l’Afrique ne comprenait que des déserts et quelques nègres. Nous nous imaginons par contre que, pour nous l’être partagée gravement dans une série de congrès, son sort est fixé ; et comme nous ne lui connaissions pas d’histoire dans le passé, il ne nous paraît pas du tout nécessaire qu’elle en ait dans l’avenir. Certes ces races qui se développent en haut et en bas du vaste continent, la franco-algérienne et l’anglo-boer, ne seront pas négligeables ; croisements précieux du sang français et du sang anglais avec l’arabe, le berbère ou le hollandais, elles semblent devoir donner de robustes et résolus échantillons d’humanité. Le rôle de ces races, on peut le prédire, influera sur tout le continent mais que leurs