Page:Coubertin - Une campagne de vingt-et-un ans, 1909.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 36 —

internationaux organisés à l’occasion de l’Exposition, il y aurait donc un Congrès des Exercices physiques. Les membres du comité d’organisation en furent nommés par arrêté ministériel du 12 novembre (complété par d’autres arrêtés en date du 28 janvier et 1er mars 1889). Le comité dans lequel j’avais obtenu que la Ligue nouvelle dont je redoutais l’ingérence ne fut pas représentée par d’autres que par son président, l’illustre M. Berthelot (lequel d’ailleurs s’en désintéressa) s’assembla au ministère de l’instruction publique dès le 20 novembre. Il comprenait MM. Berthelot, le Dr Blatin, député, Buisson, directeur de l’enseignement primaire, le Dr Brouardel, doyen de la Faculté de médecine, Ed. Caillat, Ad. Carnot, Chaumeton, président des Étudiants, Claude Lafontaine, Féry d’Esclands, Godart, Gréard, le Dr Javal, Korlz, proviseur du lycée Janson, le Dr Lagrange, Lavisse, Hébrard de Villeneuve, Legouvé, de l’Académie française, Marey, Mérillon, député, le marquis de Mornay, Moutard, Georges Morel et son successeur à la direction de l’enseignement secondaire, E. Rahier, le Dr Rochard, Sansbœuf, président de l’Union des Sociétés de gymnastique, le général Tramond et le Dr Troisier.

Les congrès de 1889, pas très nombreux, étaient fort agréables à mettre en train. Liberté absolue, aucune centralisation et franchise postale. Par exemple, ils n’étaient pas hospitalisés. Mais l’aimable M. Collignon y pourvut en mettant à notre disposition l’École des ponts et chaussées, rue des Saints-Pères. Les cotisations fixées à 5 francs ne nous laissaient pas espérer un gros budget ; il eût suffi sans doute pour la partie technique mais je tenais absolument à une partie pratique, c’est-à-dire à des concours sportifs pour les potaches. Pour cette partie-là, nos ressources se montaient à zéro. Mais bah ! qui veut la fin trouve les moyens.

Le premier concours eut lieu le jeudi 6 juin, de 1 heure à 6 heures, au manège du Jardin d’Acclimatation. Grâce à l’obligeance de M. Geoffroy-Saint Hilaire, six cents coupons d’entrée gratuite au Jardin avaient été distribués aux concurrents et à leurs familles ainsi qu’à la presse et aux membres du congrès. Le Jury comprenait le comte de Montigny et deux officiers supérieurs désignés par le gouverneur de Paris. La présidence du concours appartenait au général de Kermartin, directeur de la cavalerie, représentant le ministre de la Guerre. Ce fut un grand succès. Cent cinquante concurrents appartenant aux lycées Janson, Lakanal, Charlemagne, Michelet, Saint-Louis, Henri iv, aux collèges Stanislas et Rollin, aux écoles Monge et Saint-Charles ainsi qu’au lycée de