Page:Coubertin Discours externat de la rue de Madrid 1937.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 14 —

j’ai souhaité de profiter de celle-ci pour vous dire ma pensée par rapport au chantier sur lequel s’est dépensé depuis un demi-siècle mon effort.

Je vous remercie de m’en avoir fourni l’occasion. Je forme des vœux ardents pour vous, pour le collège, pour la patrie dont il sert les destins et prépare un meilleur avenir.