Page:Coubertin L Education Anglaise 1887.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
16
société d’économie sociale (séance du 18 avril 1887).

pis vous diront beaucoup d’Anglais qui estiment que l’on se refait intellectuellement tandis qu’on ne se refait pas moralement et que par conséquent l’instruction doit céder le pas devant la morale. Tel n’est pas l’avis de certains « modernes », qui réclament le relèvement du niveau des études au préjudice du sport.

Le sport — pour en finir avec son influence sur le moral — a encore pour effet d’exalter les courages : il faut bien se rendre compte que les jeunes gens n’en restent pas toujours à cette bienfaisante et délicieuse fatigue que goûtent les dilettanti du métier : il y a des entraînements pénibles, des souffrances réelles, des dangers même affrontés avec insouciance et sang-froid ; c’est un concours d’énergie et un concours de tous les instants : il n’y a rien qui trempe les âmes plus fortement : trop fortement peut-être, car l’énergie peut dégénérer parfois en dureté et en brutalité : c’est le revers de la médaille.

Le jeux fournissent aussi un terrain parfait d’éducation sociale ; leur organisation repose entièrement sur les élèves qui forment entre eux des associations ; ils se cotisent, élisent leurs chefs et leur obéissent ensuite avec un remarquable esprit de discipline. Le président d’un club a mission de régler les matchs et de porter des toasts ; le secrétaire convoque et le trésorier rend ses comptes à l’assemblée générale… tout un embryon de société. Non seulement on a à renouveler le matériel des jeux et à l’entretenir, mais on bâtit d’élégants pavillons contenant un salon et un vestiaire ; tout cela est pris très au sérieux et la manière dont fonctionnent ces association dénote chez les organisateurs un bon sens et une raison dont nos collégiens ne seraient pas capables. La revue du collège publiée par le élèves contient tous les renseignements sportifs et le détail des glorieux combats livrés contre les représentants des établissements rivaux.

iv

J’ai tenté, Messieurs, au début de ce travail, de vous exposer le but poursuivi par les maîtres anglais : passant ensuite aux moyens employés pour atteindre ce but, j’en ai indiqué deux principaux : la liberté et le sport. Vous avez pu vous convaincre que ces deux mots renferment à eux seuls tout le système. — À présent il me reste à compléter ce que j’ai pu dire déjà sur les résultats obtenus, tant bons que mauvais.

Il faut signaler en premier lieu l’absence de réaction — vous avez