Page:Coubertin Les Jeux Olympiques 776 - 1896.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ΕΙΝΕ συνήΘως ικανώς δυσδιάγνωστον τὸ διατί καὶ πώς ιδέα τις γεννᾶται — ὰναδυομένη ἐκ τοὓ πλήθους

I


.,..

,’ :'/

’77.v’) "tlJ OtO’.'ît xcn TI(•JÇ tOECC ’7tÇ "’{<-V -V &" :rt..t - &’.10’.0U.Op.É.’JYj b. ’tOÛ TI),·fi-’ : W’J (J.)J,t•)’J 1Ôü ;)v, e>:t’ttV<.ç ,

I


/

~’1~p.. C.’JOU’J"t r ;·lj’I 7 :pet~’p.7.." :{ù0"L’) ~V -’ : W’)-Y. ?:t È.’Jütop.cc- :-l•)Oc :T.urt.. x.11.fJlcr’to :


Il est d’ordinaire, assez difficile, de savoir pourquoi et comment une idée nait — se dégage du flot des autres idées qui attendent leur réalisation — prend un corps et devient un fait. Mais tel n’est pas le cas pour les Jeux Olympiques ; L’idée de leur rétablissement n’était pas une fantaisie : c’était l’aboutissement logique d’un grand mouvement. Le xixeme Siècle a vu partout renaître le gout des exercices physiques : à son aurore, en Allemagne et en Suède ; à son midi, en Angleterre ; à son déclin, aux États Unis et en France. En même temps les grandes inventions, le chemin cle fol" et le télégraphe ont rappi ·oché l< :>s di :: ;tanccs el les hommes se sont mis à vivre ct"unc existence nouvelle ; le.- ; i·aces se sont pénétrées les unes lef'> autt·es, elles ont appris à He mieux connaitre et tout de suile elles on !. aimé ; se compar0r entt·c elles. Cc que l’une a.ccompli8saiL, l ’autt·c voulait à son toLu· le t,entcr : des expositions univct•sellcs ont amené sut• un mème point du globe les produits de- ; pays los plus lointains ; clos congeè :- ; lil.Lét·aires ou scientifiques onL mis en contact les faculLés cét’ébralcs les plu, ; di·erse :: ;. Commcnl les aLhlc"lel5 n’au- 1·aient ils pns cherché à se rcncontret· i.tlors qnc l’émulation est la base même de l’nLh létisme. cl. pl’e :-, ;quc si. raison d’être’ ? Cela est arrivé en effet ; la Sui :: ;se a convié les tireut’.- ; étrangc1· :, ; à :- ;eH concours füdérau ’(. Les bicyclistes ont roulé : :Hll’ tous les vélodromc !-i do l’Eu1·ope ; l’Angleterre et les Etah T·nis se sont défiés sur rcau eL sui· l’ herbe ; les osceimciu·s de Home eL de Pal’is ont

-1-
— 1 —