Page:Courteline - Les Boulingrin, 1898.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Si tu veux!

Madame Boulingrin. --- Oui, si je veux.

Boulingrin. --- ... de Dieu!

Madame Boulingrin. --- Et je ne veux pas, précisément.

Boulingrin. --- C'est trop fort!... Coquine!

Madame Boulingrin. --- Cocu!

Boulingrin. --- Gaupe!

Madame Boulingrin. --- Gouape!

Boulingrin. --- Quelle existence!

Madame Boulingrin. --- Je te conseille de te plaindre. (A des Rillettes.) Un fainéant doublé d'un escroc, qui ne fait oeuvre de ses dix doigts et se saoule avec l'argent de ma dot: les économies de mon vieux père!

Boulingrin, au comble de la joie. --- Ton père!... (A des Rillettes.) Dix ans de travaux forcés pour faux en écritures de commerce.

Madame Boulingrin. --- En tous cas, on ne l'a pas fourré à Saint-Lazare pour excitation de mineure à la débauche, comme la mère d'un imbécile que je connais.

Bouling