Page:Coussemaeker - Chants populaires des flamands de France.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION.


La civilisation générale d’une nation embrasse tous les éléments sociaux qui se produisent et se développent dans son sein ; c’est la réunion de tous les faits intellectuels, moraux et matériels constituant son existence. Envisager tous ces éléments dans leur ensemble et dans leur enchaînement, c’est faire l’histoire de la civilisation. L’histoire de la civilisation est donc l’expression fidèle de la vie entière d’un peuple ; elle est le résumé de tous les faits qui en sont la manifestation. Pour donner une idée complète du rôle qu’ils ont joué, de l’influence qu’ils ont exercée, il faut que tous ces faits soient étudiés ; il faut qu’aucun n’en soit omis ou négligé.

Peut-on dire que l’on possède tous les éléments qui doivent composer ce vaste ensemble ? Évidemment non. Qu’on réfléchisse et l’on s’apercevra qu’il y manque un élément essentiel, l’élément populaire dont on ne semble pas avoir tenu chez nous jusqu’ici grand compte.

« Les rois, les nobles, le clergé, comme le fait si bien remarquer M. de la Villemarqué [1], ont leur histoire : le tiers état ne tardera pas à avoir

  1. Chants populaires de la Bretagne, t. I.