Page:Coussemaeker - Chants populaires des flamands de France.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
vii
INTRODUCTION.

plus sa domination. Ses envahissements sont tels que, dans quelques années, les personnes sachant lire et écrire le flamand seront rares ; ce qui ne laisse pas que d’être regrettable à plus d’un point de vue. Sans entrer dans les développements que ce sujet comporte, on ne saurait nier d’abord le caractère d’originalité que donnent aux diverses provinces leur langue, leurs mœurs et leurs traditions nationales. Puis, l’enseignement du flamand n’a-t-il pas encore un avantage incontestable, celui de donner une grande facilité à apprendre les autres langues du Nord, et le français lui-même ?

Du reste, pourquoi n’enseignerait-on pas dans la Flandre la langue flamande du moins au même titre que l’anglais, l’allemand ou l’italien ? Cette exclusion, dont elle est l’objet, est irréfléchie et déraisonnable ; ceux qui l’ont prononcée n’ont pas envisagé le côté utile et pratique du flamand.

Qu’on nous permette d’ailleurs de le dire, en se plaçant au point de vue historique, c’est une erreur de croire que les Flamands n’ont pas de littérature ; le contraire est démontré. Les Belges se sont chargés de ce soin ; ils ont révélé au monde littéraire un ensemble d’œuvres et de noms qui constatent une véritable littérature. Les Flamands de France ne restent pas en arrière ; ils sont en voie de prouver qu’ils ont participé et contribué à cette civilisation flamande qui a eu ses phases glorieuses et originales. Le Comité flamand, institué à Dunkerque pour rechercher, conserver et étudier les documents historiques et littéraires du pays, a pris à tâche de faire connaître tout ce qui constituait l’individualité de cette littérature.

IV.

Pour mieux faire apprécier le caractère général de nos chants populaires, nous les avons distingués en différentes catégories ; nous les avons divisés en : 1o Noëls et Cantiques. 2o Chants relatifs à certaines fêtes et cérémonies religieuses. 3o Chants moraux et mystiques. 4o Souvenirs druidiques. 5o Souvenirs Scandinaves. 6o Sagas, Ballades et Légendes. 7o Chants maritimes. 8o Chansons comiques et de genre. 9o Chansons de Sainte Anne. 10o Rondes et Chansons de danse. 11o Chansons bachiques et d’amour. 12o Chansons satiriques. 13o Chansons enfantines.

1. Noels et Cantiques. — De toutes les chansons religieuses, les noëls ont été les plus populaires dans notre Flandre. Si l’on interroge l’histoire, on s’aperçoit bientôt que l’origine des noëls remonte à une époque fort reculée ;