Page:Crémieux et Blum, Bagatelle.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PISTACHE.

Oh oui ! Finette et ma clarinette… Rien qu’elles deux !

(Il sort par la petite porte de gauche.)


Scène II

BAGATELLE, FINETTE.



FINETTE.

Il était temps ! (Elle sort par la porte du fond à droite, et rentre aussitôt derrière Bagatelle.)


BAGATELLE, les bras embarrassés de bouquets.

Finette ! vite… débarrasse-moi !


FINETTE, la débarrassant.

Ah ! mon Dieu madame, que de bouquets !… c’est le marché de la Madeleine.


BAGATELLE.

N’est-ce pas ? Eh bien, ma fille, tout cela c’est la récolte d’une femme… qui vient d’être sifflée.


FINETTE.

Sifflée !


BAGATELLE.

Oui… sifflée… moi, Bagatelle… leur idole, et je ne suis pas encore bien sûre qu’on ne m’ait pas jeté des pommes. (Elle s’assied. Finette lui retire sa sortie de bal.)


FINETTE.

Ah mon Dieu ! qu’est-ce que madame me conte là !


BAGATELLE.

C’est une drôle d’histoire, va ! Figure-toi que j’en étais à ma seconde chanson. Déjà, à ma première, j avais remarqué là… (Montrant l’orchestre.) quatre jeunes gens qui me regardaient… en me faisant la grimace.


FINETTE.

Oh les vilains !…