Page:Crémieux et Blum, Bagatelle.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ENSEMBLE.
––––––Le sort nous condamne à dormir ;
–––––––Le sommeil trompera l’heure.
––––––––––Dormons ! rêvons !
PISTACHE, à l’œil-de-bœuf.
–––––––Ah çà mais, le p’tit nigaud
–––––––Le p’tit nigaud auprès d’elle
––––––S’endort déjà comme un sabot…
––––––Attends, attends, que je m’en mêle.
––––––––––Que je m’en mêle !

(Il ronfle.)

BAGATELLE.
––––––Il ronfle ! ah ! quel impertinent !
GEORGES.
––––––Elle ronfle ! quel désappointement !
BAGATELLE.
––––––Il ronfle ! ce concert est charmant.
GEORGES.
––––––Elle ronfle ! quel désappointement !
ENSEMBLE, trio.
–––––––Ah ! sa poitrine se gonfle.
–––––––Quel terrible ronflement !
BAGATELLE.
––––Pardon, monsieur, si je vous interpelle :
––––––Dormez, dormez, moins bruyamment.
GEORGES.
––––––Ne pourriez-vous, mademoiselle,
––––Dormir, dormir, un peu plus doucement ?
BAGATELLE.
––––––Ne me raillez pas, je vous prie.
GEORGES.
––––Allons, cessez cette plaisanterie.