Page:Crémieux et Tréfeu, Geneviève de Brabant (1867).djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





ACTE TROISIÈME

Huitième Tableau

Des rochers en forme de voûte aux deux premiers plans ; au troisième plan, un plateau à ciel ouvert, dominant une forêt ; à droite, une caverne en pan coupé.



Scène PREMIÈRE

BRIGITTE, GENEVIÈVE, à l’entrée de la caverne ; une biche est couchée à ses pieds. On entend au loin des coups de feu.



GENEVIÈVE, caressant la biche.

Oh ! les méchants, qui ont fait peur à ma chère petite biche… Ne crains rien, va… ils ne viendront pas te chercher ici… Ah ! c’est toi, Brigitte ?


BRIGITTE, apportant une brassée de feuillage qu’elle jette à terre.

Ouf !… j’en avais ma charge… Voilà notre déjeuner… des châtaignes pour nous, des bourgeons pour bichette !


GENEVIÈVE.

En voilà une existence !… Depuis trois mois, seules dans cette grotte avec une biche pour toute société.


BRIGITTE.

La société d’une biche ! je ne sais pas si ça plairait à un homme, mais, pour une femme, ça ne suffit vraiment pas… enfin, donnons-lui sa pâtée…


GENEVIÈVE.

Et quand on pense que si, un jour, on écrit mon histoire lamentable, on dira que c’est elle qui me nourrissait…


BRIGITTE.

Allons, madame, à la besogne… les biches, voyez-vous, ça demande à être dorloté !