Page:Crépeau - Mascouche en 1910, 1910.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
8
MASCOUCHE EN 1910

On voit, depuis ce temps-là, des montagnes où il n’y en avait jamais eu, des rivières où il y avait auparavant des forests, et on trouve des lacs et des fleuves où l’on voyait auparavant des montagnes inaccessibles.

Comme cet auteur avoue qu’il n’ose pas rapporter tous les effets particuliers de cet effroyable tremblement, disant qu’ils sont si étranges, qu’on aurait de la peine à les croire, nous ne dirons pas non plus, dans le même sentiment, tout ce qu’il rapporte » [1].



CHAPITRE II.


SOMMAIRE. — I. Situation topographique de Mascouche. — 2. Division de son territoire. — 3. État et profession de ses habitants. — 4. Commerce et industrie.

C’est sur ces terres autrefois profondément bouleversées que se forma peu-à-peu la paroisse de Mascouche. Elle fait actuellement partie de l’ancienne seigneurie de Lachenaie, comté de l’Assomption, district de Joliette. Sa superficie est de 43440 arpents et sa population de ......(Voir deuxième partie).

Elle possède une station de chemin de fer à 1 mille de l’église, un bureau de poste et télégraphe et un bureau de téléphone, une école modèle de garçons tenue par les Frères de l’Instruction Chrétienne, et un couvent pensionnat pour les filles dirigé par les sœurs de la Providence.

La position de l’église nouvellement reconstruite, sous le vocable de Henri II roi de Bavière (995) de Germanie (1002) et empereur d’Allemagne (1014 à 1024) est :

latitude septentrionale (boréale) 
 45° — 45’
longitude occidentale de Greenwich 
 73° — 36’

À Mascouche, midi, temps moyen :

À Jérusalem, sept heures, 16 minutes p. m.

À Rome, cinq heures, 44 minutes p. m.

À Paris, cinq heures, 3 minutes p. m.

À Montréal, midi, 0 minute 12 secondes p. m.

Distance directe de Mascouche, aux lieux suivants d’une église paroissiale à l’autre ;

Montréal 
 17 ¼ milles
Ste Thérèse 
 13 ¾ milles
  1. Journal des savants. Cité par F. A. Baillargé dans Coups de crayon, page 73.