Page:Crépet - Charles Baudelaire 1906.djvu/247

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.







Saint-Denis, Bourbon, 14 octobre 1841.


Monsieur le Général Aupick, commandant l’école d état-major à Paris.

« Général,

» Je viens avec regret vous dire que je ne peux faire terminer à votre beau-fils, M. Charles Beaudelaire (sic), le voyage que vous aviez projeté pour lui sur le navire que je commande. Je dois à la confiance que vous aviez bien voulu placer en moi de vous donner des explications sur les motifs qui m’ont porté à accéder enfin à son intention fortement exprimée de ne pas venir plus loin, de laquelle je n’ai pu le faire revenir à l’Île de France qu’en lui promettant de bien examiner de nouveau ici nos positions respectives et de voir si elles me permettraient d’accéder à ses désirs.

» Dès notre départ de France, nous avons tous pu voir à bord qu’il était trop tard pour espérer faire revenir M. Beaudelaire soit de son goût exclusif pour la littérature telle qu’on l’entend aujourd’hui, soit de sa détermination de ne se livrer à aucune autre occupation. Ce goût exclusif lui rendait étrangères toutes