Page:Crépet - Charles Baudelaire 1906.djvu/373

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


à lui donner le rang qui lui est assigné dans la postérité. »

» Mais, Monsieur, vous n’avez donc jamais regardé ces magnifiques compositions : le Drapeau défendu, la Bienvenue, Courage et Résignation, France, Là finit leur misère, Les Français après la victoire, les Deux grenadiers de Waterloo, Y Aumône, qui arrachait à Gros celte exclamation : « Je voudrais avoir fait cela », et tant d’autres pièces que vous trouverez décrites dans mon catalogue. Vous ne connaissez pas, ou bien peu du moins, ces ravissants dessins comme pensée, comme exécution et dont deux mille sont semés un peu partout. J’en ai pour ma part une centaine que je serais heureux. Monsieur, de vous montrer..

» Vous classez G ha ri et dans les caricaturistes ; mais, Monsieur, là n’est pas sa place. Dans les pièces les plus gaies, il est vrai avant tout et ce n’est que dans de très rares occasions qu’il fait delà caricature. Dans une œuvre de plus de mille dessins, je saurais à peine trouver une demi-douzaine de caricatures, comme Milord Gorju,Milord le gobe, Saint Georges poursuivant la femme innocente, aie.

» Ges quelques mots, que je trace immédiatement après avoir lu votre article, n’ont pas la prétention d’obtenir de vous quelques mots pour adoucir la blessure que vous avez faite à Charlet ; non, Monsieur, je n’ai pas assez de confiance en moi pour espérer un tel succès ; mais j’aime à croire que dans votre impartiale justice, et comme magistrat d’une Cour suprême à qui j’ai recours, vous voudrez, bien parcourir et mon livre et la collection lithographique de Ja Bibliothèque ;.