Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE PREMIER

��LA PRIMAUTÉ d'aTHÈNES AU V® ET AU

IV® SIÈCLE

��SOMMAIRE

��I. Le génie attique antérieurement au y* siècle. — II. Athènes après les guerres médiques. — III. Athènes au iv« siècle. — IV. L*atti- cisme. — V. La langue attique.

��I

La prééminence d'Athènes est le fait capital qui dis- ^ tingue la période de l'histoire des lettres grecques dans ^ laquelle nous entrons.

Le génie hellénique parvient alors à sa maturité. Ses nr\ qualités originales brillent de leur plein éclat; et cet éclat sa est d'autant plus vif, qu'à ce moment il se concentre dans \ un foyer unique, d*où il rayonne. Athènes est ce foyer. ^Pendant deux cents ans, c'est en elle que s'élabore tout ce qui fait honneur à Tesprit national. Non pas que l'acti- vité intellectuelle soit éteinte dans les autres parties du monde grec. Loin de là. Il y naît peut-être autant d'hom- mes remarquables que par le passé. Mais, au lieu de vivre chez eux et d'y faire leur œuvre, ils se tournent vers la grande cité, qui produit alors à la fois des maî- tres, dont les exemples s'imposent, et ua public, dont Topinion est souveraine. Expliquer ce rôle d'Athènes et

Hist. de la Litt. grecque. — T. III. 1

��422416

�� �