Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LES PERSONNAGES 137

d'une mention spéciale parce qu'ils sont les plus particu- liers à la scène grecque, sont les messagers, les pédago- gues et les nourrices.

Les messagers {arffBkoCj * ont dû être presque aussi anciens sur la scène grecque que la tragédie elle-même. Etant donnée sa constitution, elle ne pouvait se passer d'eux. C'était par eux qu'elle communiquait soit avec le dehors, soit avec l'intérieur du palais, et c'était grâce à eux qu'elle pouvait sedispenser des spectacles tumultueux ou dos scènes de meurtre qui lui répugnaient. Au début, ils purent intervenir indifféremment à n'importe quel moment du drame. Quand l'action fut plus savamment conduite, leur principal rôle fut d'annoncer la catastro- phe. Presque toujours, c'est au dernier acte que se place le grand récit confié à l'un d'entre eux. Entre tous les personnages de la tragédie grecque, le messager est ce- lui qui resta toujours le plus soumis à une convention presque immuable. En général, il n'a point de caractère propre : c'est un narrateur anonyme et à peu près im- personnel; son rôle est de faire voir les choses qu'il raconte, de les rendre aussi présentes que possible aux spectateurs, et pour cela il importe qu'il ne détourne sur lui-même ni leur attention ni leur intérêt. Si donc il mêle au récit ses impressions, celles-ci doivent être assez générales pour convenir à un témoin quelconque qui aurait de l'imagination et de lasensmiiifé. En fait, ce sont les événements eux-mêmes qui parlent, pour ainsi dire, par la bouche du messager, et ils le font en se confor-

1. Le mot d' àfysXo; désigne d'une façon générale tout messager. Il peut y avoir plusieurs àyyeXoi dans une même pièce : c'est le cas des Bacchantes par exemple. On appelait plus spécialement è^ayyeXoç ce- lui qui venait rapporter ce qui se passait au dedans du palais (Hésy- chius : è^ayygXo;* àyyeXoç o xà ïf7ti> ysyovoTa toi; ïltù àyyéXXwv}. Voir par exemple Antigone, Œdipe roi, etc. Cette distinction n'est pas stricte- tement observée dans les manuscrits. Ainsi le messager de Médée, qui est un è^ayyeXo;, est appelé simplement ayyeXoç.

��) :

�� �