Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


4 CHAPITRE I". — PRIMAUTÉ D'ATHÈNES

peu d'eau ; des oliviers dans la plaine, des chênes verts et des arbousiers sur les pentes pierreuses où broutent les chèvres. Une population de laboureurs, de bûcherons, de pêcheurs, groupée dans des villages ou des bourgs, autour des grandes familles d'Eupatrides qui possèdent le sol et qui ont chacune leur vieux sanctuaire. Par consé- quent, le travail partout et toujours, mais un travail intel- ligent, dur sans excès, et en somme la vie la plus propre à faire un peuple vigoureux et sobre, Ces vieux Attiques d'avant Solon n'avaient guère de temps à donner aux Muses. On ne voyait pas dans les maisons des Eupa- trides ces poètes délicats, ces aulèdes ou ces citharistes, hôtes aimés des riches marchands d'Ephèse ou de Milet. Ni la volupté ni la mélancolie de Mimnerme n'aurait con- venu à ces esprits actifs et pratiques, à ces natures Bnes, sèches et fortes. Des hymnes dans leurs fêtes, quelques rhapsodies épiques à Toccasion, peut-être l'élégie raison- neuse et l'iambe moqueur dans des réunions intimes, puis, pour le peuple rustique, des chants dionysiaques, des danses turbulentes, des invectives en guise de poésie, voilà de quoi s'alimentait alors le sens du beau dans ce groupe d'hommes où allait se révéler le goût de la perfection. On y faisait des économies d'esprit et de sentiment; on y gardait, dans l'extrême simplicité de la vie, la jeunesse du cœur et la naïveté de l'imagination, précieux trésor qui attendait Sophocle et Platon.

Nous connaissons médiocrement leur histoire politique jusqu'à Solon. Ce qu'on y voit de plus certain, c'est qu'il n'y a pas eu chez eux, comme à Sparte, une race domi- nante, pesant de tout son poids sur une race asservie. Il y a eu des groupes rivaux, organisés d'une manière aris- tocratique, qui se sont souvent heurtés et froissés, puis accommodés mutuellement par de sages concessions. Un régime fédératif et oligarchique s'y est établi peu à peu. Dans cette fédération, l'unité est devenue de jour en jour

�� �