Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SA Valeur i^ôralè lei

leur poÎQt de vue était plus étroit encore, parce qu'il était plus théorique. Ce que Platon a reproché à la tra- gédie en plusieurs passages de ses œuvres, comme d'ail- leurs à répopée, c'est de représenter les héros selon la vérité de la nature humaine, avec leurs passions, leurs aveuglements et leurs misères. Un tel reproche est en rapport avec un idéal d'éducation et de vie philosophi- que, qui vise à faire de la société une sorte de confrérie, préservée par un chimérique artifice de toute impression non conforme à la pure doctrine. Pour nous, c'est jus- tement parce que la tragédie grecque a mérité ce repro- che qu'elle est le plus digne d'être admirée, même au point de vue moral. Condamnés aux combats, aux diffi- cultés, aux rudesses et aux épreuves de la vie, c'est dans la vie aussi que les hommes doivent trouver les leçons dont ils ont besoin. L'art des grands poètes est de leur faire aimer ce qui les élève alors même qu'ils leur mon- trent ce qui les humilie. On peut dire sans hésitation que la tragédie grecque a compris cette tâche et qu'elle l'a remplie noblement.

��Hist. de la Litt. grecqae. — T. III. 11

�� �