Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


172 CHAPITRE V. — ESCHYLE

Les sept tragédies qui sont venues jusqu'à nous sont, selon l'ordre chronologique le plus probable, les Sup- pliantes^ les Perses, les Sept contre Tkèbes, Prométhée enchaîné^ Agamemnon^ les Choéphores^ les Euménides^.

Les Suppliantes {'IvATi^e;), dont nous ignorons la date exacte, paraissent la plus ancienne des pièces qui vien- nent d'être nommées 2. Le sujet est la protection accordée par Argos aux filles de Danaos, fuyant la Libye pour ne pas épouser leurs cousins, les fils d'Egyptos. Comme structure, rien de plus élémentaire. Une longue suppli- cation, l'hésitation du roi d'Argos, le vote favorable du peuple argien, la réclamation violente du héraut en- nemi, ses menaces et son départ. L^élément lyrique pré- domine encore, et le chœur, formé des Danaïdes sup- pliantes, tient en réalité le premier rôle. Aucune pièce, par suite, ne jette plus do jour que celle-là sur la cons- titution primitive de la tragédie grecque. Deux acteurs suffisent à jouer les autres personnages, qui sont seule- ment au nombre de trois ^ Au point de vue moderne, une tragédie toute en plaintes, en prières, en hésitations, en menaces, sans événements imprévus, sans compli- cation, ne paraît guère satisfaire aux conditions mômes du théâtre. Mais on ne peut nier qu*Eschyle n'ait su prê- tera ses personnages des sentiments ardents et profonds et qu'il n'en ait habilement varié le développement par

1. Pour l'analyse et rapprôciation détaillées de ces pièces, consul- ter le 1" volume de l'ouvrage cité de Patin. Lire aussi P. de Saint- Victor, Les deux masques, ouvrage plus brillant, à vrai dire, que solide.

2. Gela résulte très clairement de sa structure même. Les raisons de cet ordre sont infiniment plus probantes, quand elles sont préci- ses, que de prétendues allusions historiques extrêmement douteuses.

3. Au protagoniste, devait appartenir le rôle de Danaos d'abord, puis celui du héraut égyptien ; au deutéragoniste, celui du roi; ré- partition qui a obligé le poète à éloigner Danaos de la scène, quand le héraut arrive, c'est-à-dire au moment où sa présence y semblait le plus nécessaire,

�� �