Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SES PERSONNAGES 208

devient une sorte d'action: il se rapproche ainsi du premier groupe plus que du second.

Quels qu'ils soient d'ailleurs, les premiers rôles n'absor- bent point la puissance créatrice d'Eschyle. Point de per- sonnage, chez lui, si modeste que soit son emploi, qui n*ait sa physionomie propre. Le don de créer des êtres vivants est d'autant plus remarquable dans son théâ- tre que son art semble moins varié. En quelques mots, il met en pied un personnage. Avec une sûreté de main très remarquable, il le caractérise par un ou deux traits, simplement, mais fortement. Cratos et Héphestos ne pa- raissent dans le Prométhée qu'un instant ; cet instant suf- fit : ils ont chacun leur caractère. De même, à plus forte raison, pour Okéanos, pour lo, pour Hermès. Dans les Perses, Darius et Xerxès sont peints chacun en une seule scène. Toute VOrestie mérite d'être signalée h cet égard. Le veilleur de nuit au àéhuiàeV A gamemnon^ le héraut Talthybios,Agamemnon,CassandrQ,Egisthe, tous person- nages de second ou de troisième rang, sont vivants et distincts. De même, dans les ChoéphoreSy Electre, Clytem- nestre, la nourrice, Égisthe. Dans les Euménides, la Py- thie, Apollon et Athéna. Mais, entre toutes ces créations vraiment individuelles, les plus dignes d'attention sont celles où se dégage la notion des seconds rôles. Telle est par exemple lo dans Prométhée, tel Darius dans les Per- ses : personnages dont l'importance dramatique est assez grande, non seulement pour partager l'attention et la sym- pathie des spectateurs, mais pour ralentir à leur profit l'action et presque l'absorber en eux-mêmes, passagère- ment du moins. Dans VOrestie^ les rôles deCassandre et d'Electre ont même quelque chose do plus frappant en- core. Presque égaux en valeur aux premiers, ils ne leur sont guère inférieurs que par l'étendue et par la distribu- tion des parties musicales, qui réservait au protagoniste des effets plus puissants.

�� �