Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/228

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


216 CHAPITRE V. — ESCHYLE

Et co qui est vrai de l'effroi touchant au délire 1 est aussi do la passion . Nul poète lyrique n*a su peindre comme Eschyle rattachement obstiné à une idée et l'exaltation croissante d'une volonté tendue vers son but. Ce que le dialogue ordinaire serait impuissant à traduire, le chant, avec la profondeur d'émotion qui lui est propre, l'inter- prète pour lui merveilleusement. Qui pourrait oublier, l'ayant seulement lue une fois, cette scène lyrique du dé- but des ChoéphoreSy où, tour à tour, Oreste et Electre avec le chœur gémissent sur le meurtre et appellent la ven- geance? Qu'on se rappelle la monotonie sombre de cette passion fixée à son idée, et, sur ce fond de terreur im- mobile, cette succession d'images éclatantes et sinistres, ces affirmations de justice, de dqvoir sanglant, de récla- mation élevée par les morts du fond de la tombe, ces re- grets déchirants et ces visions de sang, pleines d'une sorte de joie affreuse et pourtant sainte. C'est encore par le même genre de beauté que se recommande l'hymne célèbre des Krinnyes dans les Eumémdes, ce chant « dont l'effroi fait sécher les hommes, » selon la forte expression du poète lui-même : une seule idée, une seule passion, une seule et même terreur, mais prolongées de strophe en strophe avec cette puissance de renouvellement qui est la marque personnelle d'Eschyle.

Dans son étrange éclat, cette poésie lyrique est sou- vent obscure; elle l'est comme l'était sans doute la poésie dithyrambique, et pour les mêmes raisons, mais aussi pour d'autres qui lui sont propres. Celles-ci tiennent à la langue et au style d'Eschyle, dont nous avons maintenant à parler brièvement.

VIII

C'est dans les poèmes épiques d'une part, dans les œuvres des lyriques de l'autre, qu'Eschyle a puisé les

�� �