Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/310

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


298 CHAPITRE VII. — EURIPIDE

fille, et surtout la noblesse d'âme de Polyxène et sa vir- ginale fierté. Dans la seconde partie, Hécubo apprend la mort de son fils Polydore assassiné par le roi de Thrace Polymestor, à qui elle Tavait confié. Elle se venge de Polymestor en lui crevant les yeux par trahison. Outre que cette seconde partie se rattache mal à la première, elle lui est fort inférieure en mérite. Polymestor ne nous intéresse pas, et les sentiments d'Hécube ne sont plus assez humains pour nous toucher.

Electre ('II>.£y.Tfa) semble avoir été jouée en 413, un an avant Hélène, dont la donnée singulière y est visée et préparée par une allusion ^ Euripide y a repris le sujet des Choéphores d'Eschyle et de YÉleclre de Sophocle en lui donnant quelque chose de romanesque. C'est dans une maison champêtre qu'il nous montre la fille d'Aga- memnon, auprès d*un paysan qui est son époux, mais do nom seulement. Là se fait la reconnaissance d'Electre et d'Oreste, et là aussi se prépare le complot ; et cette in- vention assez étrange jette sur cette première partie de la pièce une couleur rustique qui n'est pas sans charme. Dans la seconde partie, le complot s'exécute : Égisthe est tué par surprise ; Clytemnestre est attirée à l'aide d'une ruse dans la maison de sa fille, où elle tombe sous le poignard d'Oreste. Le poète semble accroître à dessein ce qu'il y avait d'odieux dans la légende, comme pour condamner le crime par son horreur même. Le même sentiment éclate dans la scène toute nouvelle des remords d'Éleclro et d'Oreste. Une apparition des Dioscures sert de dénouement et fait savoir aux spectateurs ce que le poète a besoin de leur apprendre ^.

Les Héraclides ['ll^onCkzûxC) appartiennent manifeste- ment au temps de la guerre du Péloponnèse. Le poète y

1. V. 1278-1281. Weil, Sept Tragédies, notice di' Electre.

2. Protagoniste, Electre; deutéragoniste, Oreste, Clytemnestre; tri- tagoniste, paysan, Pylade, vieillard, messager, Dioscure.

�� �