Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/312

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


300 CHAPITRE VII. — EURIPIDE

sisscnt pourtant à lui rendre quelque courage, et ce dernier remmène à Athènes pour le purifier. Beaucoup de péripéties en somme et beaucoup de merveilleux, mais peu d’unité, et, ce qui est plus fâcheux encore, peu de sentiments vraiment intéressants ; des personnages effacés qui passent devant nos yeux sans qu'aucun d’eux s’empare de notre attention. Il n y a guère que la scène du réveil d’Héraclès qui ait une véritable beauté morale *.

Les Suppliantes [’V/Âv.’^c%) peuvent être considérées, selon le mot de l’auteur de l’argument grec, comme « un éloge d’Athènes ». C’est une pièce de circonstance qui dut être composée vers l'année 420. Les mères des chefs argiens tombés devant Thèbes viennent, sous la conduite d’Adraste, implorer le secours d’Athènes pour se faire rendre les corps de leurs fils qu’elles veulent ensevelir. Thésée prend en main la défense du droit sacré des morts, il défait les Thébains et rend les honneurs funèbres aux chefs argiens. Etant donné le sujet, les discours devaient abonder dans cette pièce, et c’est en effet ce qui a lieu. Euripide a essayé d’en rompre la mono- tonie par l’épisode d’Evadné, qui se donne la mort, malgré les prières touchantes de son vieux père Iphis, pour ne pas survivre à son époux Capanée. Ce hors d’œuvre se rattache mal à l’action qui reste froide ^.

Iphigénie en Tauride ( ’IçiYevgix y; êv Taupoi;) do date inconnue, est une pièce d’une tout autre valeur. l'une des plus attachantes par la conduite de l’action et par les sentiments entre toutes celles d’Euripide. Iphigénie, enlevée par Artémis au moment où on allait la sacrifier à Aulis, a été transportée par elle en Tauride. Là, chez les barbares, devenue sa prêtresse, elle préside au culte

1. Profar/Ofiisie, Amphitryon, Lytta; deidéragoniste, Mégara, Iris, ’Jli.’^sée ; trilagonlste^ Lycoa, Héraclès, messager.

2. Proiat/onistc, JEthra, héraut thébain, Évadnô, Athéna; déniera» gouiate, Adraste, Iphis ; trltagonisle, Thcséo, messager.