Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/333

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


PEINTURE DES SOUFFRANCES 321

corps dans le spectacle tragique est notablement plus importante. Quand Hippolyte est rapporté sanglant sur la scène, après avoir été traîné par ses chevaux, le poète note par des mots précis certains détails do la souffrance. Ce ne sont plus simplement des cris de ddulcur jetés par instants, comme ceux qiij éch;^'^ ent à Bhiloctète dans Sophocle, c'est une description pathétique de ce qu'endure le corps ; nous croyons sentir le déchirement des mus- cles et la convulsion des nerfs :

« Je suis mort, infortuné : ah ! hélas I A travers ma tête, ces élancements me torturent ; une douleur aiguë bondit dans mon cerveau. Un instant ; laissez reposer mon corps défaillant. Ah ! ahl Attelage odieux, nourri de ma propre main, tu m'as détruit, tu m'as tué. Oh! hélas ! au nom des dieux, douce- ment, serviteurs, touchez doucement à ce corps qui n'est qu'une plaie. Qui est là debout, à ma droite ? Soulevez-moi avec précaution, ne me tirez pas en tous sens, pauvre mal- heureux, maudit, victime de l'erreur d'un père. Zeus, Zeus, vois-tu ce que je souffre?... Ah ! ah I encore, encore la même torture. Lâchez-moi, infortuné, et que le dieu sauveur, Tha- natos, vienne enfin à moi !... ^ »

De même, lorsqu'il nous représente Oreste sur son lit, s'éveillant après le sommeil bienfaisant qui a succédé h ses fureurs. Que Ton compare ce réveil à celui du Philoc- tète de Sophocle ; la différence est saisissante. Non que l'art grec, même chez Euripide, descende jusqu'à la des- cription mesquine et répugnante; tant s'en faut; mais, dans son idéalisme traditionnel, il mêle, avec une li- berté toujours croissante, la sensation au sentiment.

Il aime à peindre le délire, et, quand il le peint, c'est toujours dans cet esprit ^. Chez Eschyle, dans le person-

d. Hippolyte, 13î)0 et suiv.

2. Longin, Sublime, c. 15, 3: 'Eort (làv o\iv çtXoirovtoTaTOc o EùptusÔTiç Suo tautl iràôy), (/.avlaç it xa\ 'fpwTaç, èxTpaY(i)8r,ffa'. xav toutoi; w; oux oî8' ei Tt; £T£po; iizi'z^yid'zaL'zo!^.

Hist. de la Litt. grecque. — T. lit. 21

�� �