Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


22 CHAPITRE !• — PRIMAUTÉ D'ATHÈXKS

Chez tous, on sent son ioflueoce présente et actire, à côté de celle de la traditioo littéraire dont ils sont les héri- tiers. Les poètes, doot ib ont appris les vers par ccBur, leur sug^rent des réminiscences, qui se transforment en idées, en images, en belles et délicates expressions. Mais ce qui détermine l'allure même de leur pensée et le tour de leur phrase, c'est Tatticisme vivant, au milieu duquel ils ont été élevés. Chacun sans doute Tapproprie à son tour d'esprit et le fait sien ; mais, sous ces modiC- cations personnelles, le fonds commun se laisse distin- guer et reconnaître sans peine. Et de là cette sorte d'ai- sance charmante qui ne fait guère défaut à aucun d'eux. Ils parlent la langue de leur temps, et cette langue est excellente. Bien loin d'avoir à s'en défier, ils n'ont au contraire qu'à l'écouter constamment en eux-mêmes, comme une bonne conseillère. Pour eux, le sentiment de l'art n'est que le développement de l'instinct. Il en a donc la sûreté et la spontanéité ; et il n'est en quelque sorte qu'une forme exquise du naturel.

�� �