Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/368

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


356 CHAPITRE VIII. — TRAGIQUES DE SECOND RANG

il composa cinquanto tragédies. Après eux, le second So- phocle, (ils d'Ariston, dans la première moitié du iv^ siè- cle, composa quarante tragédies et fut sept fois vainqueur. Plus tard enfm, mais dans la période alexandrine, parut un troisième Sophocle, auteur de quinze drames ^ Moins féconde, la famille d'Euripide compte néanmoins encore deux poètes, l'auteur d'Tphigénie àAuliSy et son fils ou ne- veu, Euripide le jeune-. Citons enQn, au début du iv® siè- cle, Karkinos, raillé par Aristophane, qui fut père de trois poètes tragiques, XénoclèSjXénotimos et Xénarchos. Cette continuité de la vocation dramatique dans certaines mai- sons ne doit pas être considérée comme un simple fait d'hérédité. L'ambition des succès de théâtre, dont nous venons de parler, avait naturellement une force toute particulière chez ces fils et petits-QIs de vainqueurs, qui portaient souvent des noms déjà illustrés sur la scène. Mais de plus, si Ton songe à tout ce qu'exigeait alors l'art tragique de ceux qui s'y livraient, et aussi à la jeu- nesse de cet art, au petit nombre des modèles, à l'incer- titude de la tradition, on comprendra aisément de quel prix étaient les conseils et les enseignements de ces hommes remarquables, initiés par une longue expé- rience à tous les secrets du métier. Les leçons de pareils maîtres assuraient à leurs héritiers une supériorité d'é- ducation qui pouvait presque compenser l'infériorité du génie, ou qui, en tout cas, aidait singulièrement le talent à prendre son essor.

En dehors de ces familles privilégiées, Athènes ne fut pas seule à produire dans la même période un grand nombre de poètes tragiques. Les autres villes de la Grèce leur suscitèrent de redoutables rivaux. Nous parlerons tout à l'heure de quelques tragiques athéniens renommés^

1. Vie de Sophocle; Suidas, 'loçwv, So^ox),?!; ; Diog. Laërce, VIII,

2, 9.

2. Suidas, EOpiTriSric.

�� �