Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/528

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


516 CHAPITRE XII.— ARISTOPHANE

un petit nombre d'observations critiques, a paru en deux vo- lumes in-8°, à Halle, 1886. Mais la plus importante des éditions critiques récentes est celle de Von Velsen, encore incomplète {Assemblée des femmes. Chevaliers, Ploutos^ Grenouilles, Fêtes de Léméter), publiée chez Tcubner (iu-8°).

Les fragments d'Aristophane se trouvent dans l'édition Din- dorf-Didot et dans celles de Blaydes.Ils figurent en outre avec ceux des autres poètes comiques dans les Comicorum Atticonim fragmenta de M. Kock (voir plus haut, chap. X, bibliogra- phie).

Il manque un lexique spécial d'Aristophane.

��SOMMAIRE

I. Vie et œuvre d'Aristophane. — II. Ses tendances générales. — III. Comédies subsistantes. — IV. Ses qualités dramatiques. Con- duite de l'action. — V. Les personnages. — VI. Ses qualités lyri- ques. — VIL Sa langue. — VIII. Les poètes contemporains. Eu- polis, Phrynichos et Platon.

��Aristophane est le représentant le plus illustre de la comédie ancienne ; il est, de plus, le seul des poètes co- miques de ce temps dont quelques pièces soient venues jusqu'à nous. Un intérêt exceptionnel s'attache donc à son œuvre et à sa personne; mais si nous connaissons l'une passablement, ce que nous savons de l'autre est bien peu de chose*.

1. Nous possédons cinq biographies d'Aristophane, y compris la notice de Suidas (Didot, Scholia graeca in Aristophanem^ Prolegomena XI-XV). Il est visible qu'elles sont toutes faites d'après les comédies

�� �